La médiation de projets, Saison 1 - épisode 9 : Identifier et traiter les litiges pour réduire les impacts sur les projets

Le diagnostic préalable au traitement

Le  pilotage du projet s'enrichira naturellement des éléments objectifs décrivant le climat du projet tels que collectés et consolidés.

Ces indicateurs permettent de détecter les « signaux » plus ou moins faibles suggérant ou révélant un litige.

A ce stade, le diagnostic distingue la controverse du conflit et peut préciser la nature même du conflit. Christopher Moore (« The Médiation Process ») a cartographié différentes familles de conflits :

  • Les conflits relationnels issus de difficultés de communication et de compréhension mutuelle des parties pour diverses raisons : caractères, interprétation, messages verbaux ou non-verbaux,…
  • Les conflits informationnels fondés sur des distorsions de compréhension ou d'interprétation des informations reçues : différence de compréhension, d'interprétation,
  • Les conflits de valeur basés sur des références personnelles ou collectives à des valeurs distinctes (culturelles, morales, professionnelles,…) entrainant des différences d'évaluation,
  • Les conflits d'intérêt dans lesquelles les parties présentent des intérêts divergents,
  • Les conflits structurels dus à des frustrations générées par une cause extérieure aboutissant à des pénuries de ressources, de temps ou à une trop grande inégalité entre les parties.

À chaque famille de conflit correspondent des familles de traitements possibles tels que l'expose Thierry Garby (« La gestion des conflits – Éditions Economica»).

 Types de conflits.jpg

La démarche de médiation : un processus éprouvé de traitement des litiges

Le traitement et la résolution d'un conflit sont guidés par un processus que le médiateur a la charge de conduire.

Rappelé ci-dessous, il comprend quatre étapes produisant chacune un  résultat essentiel pour le succès de la médiation (issu de la Roue de Futiak) :

  • En fin d'étape 1, un accord sur le désaccord formalisé par une liste de points constituant le désaccord et que la médiation devra traiter
  • En fin d'étape 2, la reconnaissance mutuelle dans laquelle chaque partie comprend, sans nécessairement approuver, les besoins, valeurs et intérêt de l'autre partie
  • En fin d'étape 3, une liste de solutions ou d'options construite en coopération et susceptibles de constituer des éléments du futur accord
  • En fin d'étape 4, un accord mettant fin au conflit sur lequel les deux parties s'engagent.

Processus de médiation 3.JPG 

 

Des conditions et des règles à respecter

Une médiation peut s'engager à condition que certaines conditions soient remplies :

  • L'accord des parties sur la nécessité d'engager une médiation
  • L'accord sur la modalité de désignation du ou des médiateurs
  • L'accord sur le choix du médiateur et les conditions générales de réalisation (délais, lieu, coûts,…)

Ces éléments peuvent être stipulés dans la charte relationnelle du projet.

Les règles régissant le bon fonctionnement d'une médiation sont présentées en introduction par le médiateur et stipulent que :

  • Le médiateur est engagé par des règles éthiques : impartialité, neutralité, confidentialité,…)
  • Les parties s'engagent à suivre le processus conduit par le médiateur et sur des règles et des comportements : respect, attitude, confidentialité,…
  • Chaque partie dispose des pouvoirs pour prendre les décisions l'engageant ou engageant l'entité qu'il représente
  • Chaque partie et le médiateur est libre, à tout moment, de mettre fin à la médiation
  • La médiation peut donner lieu à des apartés entre le médiateur et l'une des parties (à la demande des parties ou du médiateur)
  • L'accord issu de la médiation engage formellement chaque partie.

 

... Cet épisode clôture la saison 1 de "La médiation de projets". Merci pour votre soutien !

Écrire commentaire

Commentaires: 0